Présentation de Haunted Castle

Haunted Castle est régi par un principe fort simple et très commun aux jeux d'arcade : "le claque thune". Autrement dit, il est dur et espère vous prendre le plus d'argent possible. A titre d'information, un jeu d'arcade est considéré comme rentable lorsqu'un crédit ("coin") n'excède pas trois minutes. Vous remarquerez que par cette difficulté, le jeu s'inscrit directement dans la lignée des Castlevania première génération. De même, en bon jeu d'arcade, il ne se finit pas vraiment : une fois Dracula battu, vous repartez au premier niveau. Le joueur doit être un acharné du joystick pour arriver à affronter Lord Dracula. Le personnage est, ho surprise, notre héros préféré Simon Belmont (six jeux à son actif).

apercu
apercu
apercu

Plein de bonnes surprises se trouve cacher dans ce jeu. Déja il comporte six niveaux : la crypte, la forêt et les cavernes, le hall du château, les sous-sols, la salle des tortures, et les appartements de M. Dracula au bout d'un pont qui s'effondre.
Ces niveaux sont relativement courts mais possèdent des graphismes très variés. De plus et comme à l'accoutumée, ils sont finis par un boss : la méduse pour le premier niveau, un squelette de dragon pour le deuxième, etc. Concernant ces boss et le gameplay, il y a du bon et du mauvais. Le mauvais côté c'est que l'on ne voit pas leurs vies ce qui est assez gênant pour "gérer" le combat (genre attaque suicide quand le boss est presque mort). Le bon côté est que chaque boss est sensible à une arme trouvée dans le niveau. La méduse est très sensible aux bombes par exemple. Une surprise pour les habitués, les boss craignent l'horloge.

apercu
apercu
apercu

Pour le bestiaire, on retrouve pas mal d'ennemis des Castlevania ( les hommes poissons, squelettes et autres zombies) mais cette fois dans un style réaliste, proche des films d'horreur. Certains sont tout aussi enrageants que d'habitude comme les bossus ou les crânes enflammés volants, d'autres plus comme les squelettes qui attaquent une dernière fois avant de mourir ! Niveau arme, on a le choix, entre des bombes, un boomerang, une croix, une morning star, une épée ... bref, de quoi s'amuser. Cependant, les coeurs sont assez rares car ils ne proviennent que des ennemis, les bougies étant incassables. Une deuxième grosse surprise est la possibilité pour Simon de posséder une épée (on la trouve dans la tour de l'horloge).

apercu
apercu
apercu

La jouabilité est assez sommaire en ce qui concerne le contrôle du héros : bien que ses sauts soient maléables et qu'il frappe du fouet assez vite, combattre près d'un escalier est très périlleux car on se retrouve vite coincé dans les premières marches sans savoir vraiment comment réagir. De plus Simon est particulièrement gros dans ce jeu et esquiver est vraiment très difficile. La solution est donc d'avancer et de frapper très vite. On s'aperçoit vite que le saut n'est pas une option utile contre l'ennemi. Cependant, celui ci est obligatoire pour des passages orientés plate-forme, ou pour le pont de la fin, qui au passage ne semble jamais finir ...

apercu
apercu
apercu

Techniquement c'est pas mal du tout même si c'est très loin d'avoir la classe d'un Castlevania nouvelle génération (héros svelte, effeminé et habillé avec classe). On sent que les décors ont été travaillés, et il y a par moment des petits effets sympas comme le brouillard du début du stage 2. De plus les sprites sont gros et possèdent des mouvements variés et assez bien animé (on est vraiment surpris de voir la créature de Frankenstein donner des gros coups de poing violent dans le mur). Les musiques sont également travaillées et dans le ton ( il est fort dommage que les Castlevania suivant ne les reprennent pas !). Les bruitages sont nombreux et classiques mais efficaces (petit cris à la mort d'un ennemi, fouet qui claque ...) ? On a de plus le droit à des bruitages d'environnement comme la pluie.

apercu
apercu