Présentation de Dracula X - Rondo of Blood

Lorsque l'on entend parler de Castlevania, il revient toujours dans la conversation un "Dracula X". Pourquoi ? Parce que ce jeu est mythique. "Mythique, mythique c'est vite dit" ronchonerons les bougons, mais il y a pas mal d'explications à cela. Premièrement c'est un épisode sorti sur console 8-16 bits, jugé par beaucoup de monde comme LA grande époque des jeux vidéos. Ensuite l'épisode est sortie sur console Nec et uniquement au Japon, ce qui fait que le jeu n'a jamais été accessible au grand public mais seulement à un groupe d'initiés. Ensuite jeu est le premier Castlevania à exploiter le support CD et l'exploite pour des scènes de dessins-animés type "japanimation" (en France, c'est le boom DragonBall et Ranma 1/2 ne l'oublions pas), mais aussi pour des musiques fabuleuses.
Mais le titre de mythe s'obtient aussi par le contenu même du jeu et là, le jeu fait très fort en proposant d'un coté tout ce que l'on aime, mais se paye le luxe d'innover et de, mine de rien, amorcer ce que seront 10 ans de Castlevania.

s_01
s_02
s_03

Castlevania, c'est d'abord un château. Pas de problème, il est là avec sa tour de l'horloge, son hall d'entrée, sa chapelle etc. Ensuite c'est un gars avec un fouet. Notre héros se nomme Richter Belmont et possède un bon gros fouet. Cinq armes secondaires ? Elles y sont. Le bestiaire est-il présent ? Oui, squelettes, chauve-souris, la Mort, Dracula ... au grand complet. La musique est-elle au rendez-vous ? Sans aucun doute, avec un support CD pour une qualité encore rarement égalée. Les plate-formes, pièges mortels et la maniabilités suivent-elles ? Tout est la. La difficulté symptomatique ? Aussi. L'ambiance fantastique ? Oui ... bref vous l'avez compris, ce Castlevania est un vrai de vrai. Mais si ce n'était qu'on bon Castlevania on en ferait pas tout un foin.

s_04
s_05
s_06

Bon on va commencer à parler plus sérieusement. Quelles sont les nouveautés de ce Castlevania ? Premièrement ce Castlevania introduit le scénario au coeur du jeu. Jusqu'à présent le scénario n'était présent que dans la notice (et dans les versions japonaises uniquement). Maintenant il s'affiche dans une belle scène d'introduction, des cuts-scènes et les objetifs même du jeu : sauver quatre jeunes filles avant de terrasser Dracula. En plus ce scénario fait office de prélude à Symphony Of The Night.
Ensuite le jeu respecte parfaitement l'esprit et le référentiel établi au fil des épisodes. Par exemple, dans le premier niveau, on retrouve les maisons d'une ville, agencées exactement comme dans Simon's Quest. On retrouve de nouveau le passeur et sa barque quelque part. Enfin tous les ennemis de la saga sont là et retravaillés, on a même le droit a un petit souvenir de Castlevania 1 dans le stage 6, ou on affronte la chauve-souris, Médusa, une momie ... Je ne vois qu'un défaut à tout cela : la mort n'est pas le boss juste avant Dracula, car elle est releguée à partir de cette épisode à "la meilleur amie de dracula, mais après shaft ^^". C'est cependant dans cette épisode que la Mort à le plus la classe : sa deuxième forme n'est pas un ridicule squelette comme c'est désormais l'habitude. En parlant de classe il faut avouer que notre héros en possède une sacrée. Cela est sans nul doute due à ses nouveaux pouvoirs. Dans chacun des épisodes précédent, le héros pouvait se servir de différentes armes secondaires. Richter lui en possède plus et peut s'en servir de deux manières : normalement et en item-crash. Le concept de l'item-crash est d'utiliser une arme à son maximum en consommant énormément de coeurs et en faisant beaucoup de dégats. Toujours dans l'optique de proposer un grand Castlevania, un nouveau personnage jouable fait son apparition : Maria. Ce personnage (qu'il faut sauver avant de pouvoir jouer avec) est une petite fille blonde très très maniable et qui utilise des animaux pour se battre, principalement des oiseaux. Certains sont très marrant, comme la tortue qui protège Maria mais qui l'empèche de sauter :)

Dracula X possède donc un scénario, des personnages nombreux, nouveaux, forts et classe (Très important. Un héros qui n'est pas classe n'est pas un vrai héros). Les niveaux sont eux nombreux et variés : ville, murailles, bâteau pirate, cavernes, rivière, château. Aussi bon que Super Castlevania IV voir peut-être plus grâce aux chemins multiples. Certains niveaux dissimulent des passages secrets qui permettent d'accéder à d'autres niveaux, ce qui rajoute au jeu un interêt supplémentaire non négligeable. Et là où le jeu est très, c'est qu'il propose des sauvegardes et la possibilité, grâce à une carte, de rejouer le niveau que l'on souhaite avec le personnage voulu (Richter ou Maria), le tout soutenu par un pourcentage de complétude et par un bestiaire des boss qu'il faut acheter. Du coup on hésite pas à rejouer les niveaux, très bien conçus, pour le fun, le pourcentage, les filles à sauver... et pour l'argent.

Dracula X n'est cependant pas parfait. Premièrement, certains niveaux ne sont pas magnifiques. C'est comme ça. Cela ne vient pas de la console mais d'un parti pris et peut-être un manque de travail ou manque de temps. Je parle par exemple du petit morceau de niveau juste avant la première apparition de Shaft ou alors les appartements juste avant le donjon qui sont vraiment peu travaillés (texsure de fond ultra-répétée). C'est tout bête mais vu que la barre est placée très haute, on est forcément un peu déçu, surtout pour un stage de fin. De plus, bien que les chemins soient multiples, on réaffronte les mêmes boss dans les même décors. L'autre gros bémol, c'est le prix du jeu. En gros, il vous faut débourser de nos jours aux alentours de 100€ pour vous l'offrir. La console coutant également aux alentours de 150€, le jeu a tout d'un diamant : inaccessible. Et le plus fou dans tout cela ? Konami ne l'a toujours pas ressorti dans une quelconque compilation pour le faire découvrir aux plus jeunes et au plus grand nombre. Reste l'émulation sur PC et la copie, mais le plaisir n'est pas identique.

s_07
s_08
s_09

Dracula X est donc un très bon jeu qui mérite amplement la réputation qui le dessert. Beau, complet, maniable, des musiques inoubliables, des remixes excellents, un challenge conséquent, bref ce n'est que du bon. Le plus fou dans tout ça c'est que le jeu va posséder une suite, considérée par beaucoup de joueurs comme le meilleur jeu Playstation 1 : Symphony Of The Night.

s_10
s_11