Présentation de Vampire Killer

Si on ne lisait que Internet, on pourrait réellement croire que c'est le tout premier jeu Castlevania mais c'est faux. Ce jeu est sorti après Castlevania sur Famicom/Nes (de peu). Vu qu'il n'est sorti que quelques semaines après on pourrait croire qu'il s'agit d'une version adapté au MSX de l'épisode NES. Encore perdu, le jeu ne possède plus de scrolling et il faut maintenant réfléchir !

apercu
apercu

Le principe du jeu est, ou du moins semble-t-il, très simple : "clé blanche + porte = niveau suivant" ou sa variation plus subtile : "clé jaune + coffre = bonus". En effet Vampire Killer est l'un des rares Castlevania de première génération, c'est-à-dire avant Symphony Of The Night, à inclure une notion de recherche dans le gameplay. Les coeurs que vous ramassez servent non pas à vous donner des munitions (et encore moins des vies), mais vous permettent d'acheter des armes chez des marchands. Ces marchands sont bien sûr cachés et il vous faudra casser quelques briques pour les trouver.

apercu
apercu
apercu

Là est un des gros problèmes du jeu : imaginez Castlevania sur Nes, handicapé par des problèmes techniques et par l'ajout de réflexion.
L'ajout de réflexion fait très peur en effet, je suis d'accord mais je vous rassure c'est pire que cela. Le schéma classique c'est "je passe cinq minutes à lutter contre les ennemis en fouillant le niveau, je tombe sur la porte du boss, j'ai pas la clé, je repars m'en prendre plein la tête, je reviens avec la clé et je crève comme un miséreux devant le boss car je me traîne ensanglanté depuis un bon moment incapable de frapper du fouet". Il faut dire que le fait que vous n'ayez que 3 vies et aucun continues n'arrange pas les choses !

apercu
apercu
apercu

La réalisation technique n'est une fois de plus pas le fort de cette cartouche, MSX (ordinateur 8bits) oblige. Cependant, les messieurs de Konami ont réussi à faire un jeu agréable à regarder. Les couleurs sont bien moins pétantes que sur Nes, (même si elles semblent très proches de la version Nintendo). Cependant aucun scrolling n'est ici présent : le jeu est une succession de décors figés. Ceci tout seul n'est pas gênant mais l'absence de clipping pour l'apparition des monstres est très stressante lorsque l'on tente de passer à un autre écran (ie : vous êtes à 5 ou 6 pixels du bord de l'écran et bam! un ennemi apparaît soudainement devant vous). La musique aborde les mêmes thèmes que la version Nes et c'est tant mieux !

apercu
apercu
apercu